L’huile essentielle de menthe poivrée : pour faciliter la digestion

De nombreux travaux ont conclu que l’administration orale d’huile essentielle (HE) de menthe poivrée constitue un traitement de premier choix, sûr et efficace. Elle réduit les douleurs du syndrome du côlon irritable.
Elle a aussi démontré son efficacité pour réduire les spasmes intestinaux et gastro-œsophagiens.

L’avis du Dr Morel, phytothérapeute : cette huile essentielle est réservée à l’adulte et aux enfants de plus de 6 ans. Elle est très efficace dans les colopathies spasmodiques et troubles fonctionnels du colon. Par ailleurs, l’étude citée montre une amélioration de la qualité de vie des patients, bien meilleure qu’avec les médicaments classiques.

Posologie recommandée :

  • 2 gouttes d’HE par jour sur un comprimé neutre
  • 1 cuil. à café de miel.

* Grigoleit. Phytomedicine. 2005

Le sureau noir : contre la grippe

Dans un essai sur 27 patients atteints du virus de la grippe*, 15 ont pris un sirop à base d’extrait de baies de sureau standardisé en anthocyanes pendant 3 jours. Les 12 autres ont reçu une préparation placebo. Au bout de 2 jours, 93 % des malades traités avec l’extrait de sureau ont ressenti une amélioration de leur état, tandis qu’il a fallu 6 jours pour que 92 % du groupe placebo présentent une amélioration similaire.

L’avis du Dr Morel : cette étude, confirmée par d’autres travaux, montre l’efficacité indiscutable de l’extrait de sureau sur la majorité des souches de virus grippaux.

Posologie recommandée : 400 mg d’extrait sec par jour tant que durent les symptômes grippaux.

* Zakay Rones Z. J-Altern-Complement-Med. 1995

L’eucalyptus globuleux : en cas de troubles respiratoires

L’administration à 247 patients pendant 6 mois de 200 mg par jour de cinéole*. C’est l’un des principes actifs de l’eucalyptus globuleux. Il réduit la sévérité des symptômes de l’asthme. De plus, le cinéole améliore la fonction respiratoire et la qualité de vie des asthmatiques.

L’avis du Dr Morel : cette étude réalisée sur une longue période et conjointement aux traitements habituels, montre à la fois l’efficacité et la bonne tolérance du traitement prolongé au cinéole (ou eucalyptol), malgré des dosages élevés rarement atteints en pratique quotidienne.

Posologie recommandée : 75 mg de cinéole par jour.

* Worth H. J Asthma. 2012

L’échinacée : contre la rhino-pharyngite

Son activité immunostimulante et anti-inflammatoire est due la présence d’alkylamides dans sa racine. elle a été démontrée dans de nombreuses études*.

L’avis du Dr Morel : c’est la présence de trois familles chimiques différentes (alkylamides, polysaccharides, composés phénoliques) dans les échinacées qui permet une efficacité constante sur la prévention des récidives de rhino-pharyngite.

Posologie recommandée : en cure discontinue, deux semaines par mois (400 mg/j d’extrait sec) pendant la saison froide.

* Karsch-Völk, (2014). The Cochrane Database of Systematic Reviews (une organisation indépendante très réputée qui regroupe plus de 28 000 scientifiques dans plus de 100 pays)

Le gingembre : contre les nausées

Une méta-analyse* sur 918 patients a montré que la racine de gingembre est sûre, bien tolérée et efficace pour réduire les nausées et les vomissements pendant la chimiothérapie du cancer. L’avis du Dr Morel : de nombreuses études ont validé les effets anti nauséeux du gingembre, au point que les recommandations sont de l’utiliser en cas d’effets indésirables constatés avec les anti-nauséeux classiques. A ne pas associer avec les anticoagulants. Posologie recommandée : 400 mg/J d’extrait sec ou 1 à 2 g de poudre/j. * Haniadka R. J Altern Complément Med. 2012

L’harpagophytum : contre les douleurs articulaires

Un essai en double aveugle a démontré que la prise de 2,4 g/j d’un extrait aqueux sec d’harpagophytum soulage aussi efficacement les douleurs lombaires que la prise de 12,5 mg/j de rofecoxib (un anti-inflammatoire classiquement employé en rhumatologie).

L’avis du Dr Morel : les propriétés antalgiques et anti-inflammatoires de l’harpagophytum sont comparables à celles de médicaments conventionnels, les effets indésirables au niveau gastro-intestinal en moins.

Posologie recommandée : 2,4 g/j d’extrait sec pendant 7 jours puis 1,2 mg/j durant une à deux semaines, en cas de lumbago.

* Chrubasik S. Rheumatology (Oxford). 2003 Jan ;42(1):141-8.

La grande camomille : pour prévenir les crises de migraine

L’efficacité de la grande camomille (ou partenelle) sur les migraines est connue depuis l’antiquité, mais il fallut attendre la confirmation d’une étude en double aveugle*. Riche en parthénolide, elle agit à la fois comme antalgique et anti-inflammatoire.

L’avis du Dr Morel : dans cette étude répondant à des critères scientifiques rigoureux, l’usage de la grande camomille a montré une amélioration significative des symptômes de migraine et de la fréquence des récidives, sans effets secondaires graves.

Posologie recommandée : elle s’utilise en prévention des crises, à raison d’une gélule à 200 mg d’extrait sec matin et soir, en continu pendant plusieurs mois.

* Murphy JJ. Lancet.

L’huile essentielle de giroflier : contre les douleurs dentaires

Riche en eugénol, elle dispose de propriétés anti-inflammatoires et antalgiques qui en font un excellent anesthésiant de la cavité buccale et cautérisant de la pulpe dentaire. En 2013, une étude in vitro* démontre sa capacité à inhiber certains facteurs de l’inflammation tels que les prostaglandines et les leucotriènes. L’avis du Dr Morel : cette étude montre l’action vraisemblable de l’eugénol sur le système de gestion de la douleur sur lequel agit notamment la morphine.  Posologie recommandée : on peut expérimenter l’effet antalgique puissant du clou de girofle en le plaçant dans l’intervalle entre la joue et la gencive en cas de mal de dents, en attendant de consulter. * Kamkar Asl M. Avicenna J Phytomed. 2013

La valériane : pour améliorer la qualité du sommeil

Une étude* en double aveugle versus placebo a démontré que la prise pendant 14 jours de 600 mg d’un extrait sec hydroalcoolique de Valériane permet d’installer plus rapidement un sommeil à ondes lentes (sommeil profond) et augmente sa durée au cours de la nuit (21,3 minutes contre 13,5 minutes pour le placébo).

L’avis du Dr Morel : le traitement avec un extrait de racines de valériane a des effets positifs sur la structure et la qualité du sommeil des insomniaques avec un nombre extrêmement faible d’effets indésirables, contrairement aux somnifères.

Posologie recommandée : 400 mg d’extrait sec le soir (on peut aller jusqu’à 600 mg au début).

*Donath F. Pharmacopsychiatry 2000

Le millepertuis : en cas de dépression légère

Une étude* a comparé deux groupes de patients atteints de dépression légère à modérée. L’un traité avec 3 x 300 mg/j d’extrait de millepertuis et l’autre avec 20 mg/j de paroxétine (un antidépresseur de synthèse). Les patients prenant du millepertuis ont obtenu une réduction plus significative de leur score de dépression (échelle de Hamilton) que ceux traités par paroxétine. L’avis du Dr Morel : cette étude confirme, après de très nombreuses autres, l’efficacité et la bonne tolérance de l’extrait de millepertuis dans le traitement de la dépression légère à modérée, avec 600 mg d’extrait par jour, jusqu’aux dépressions plus sévères avec 900 mg par jour. Hormis des interactions médicamenteuses bien connues (micropilule, anticoagulants), le millepertuis est un traitement parfaitement sécurisé et efficace, contrairement aux psychotropes. Posologie recommandée : 600 mg/j d’extrait sec. * Seifritz E. Int J Psychiatry Clin Pract. 2016

Le safran : pour retrouver un esprit positif

Dans une étude iranienne*, 30 mg de safran par jour ont été donnés à un groupe de femmes souffrant de dépression postnatale tandis que l’autre groupe a reçu un placebo. Au bout de 8 semaines, celui recevant la poudre de safran a montré une baisse du score de dépression, de 20 à 8, tandis que dans le groupe placebo, il était de 20 à 15.

L’avis du Dr Morel : l’efficacité antidépressive du safran a été confirmée dans d’autres études de haute qualité. Chez les femmes allaitantes, 96 % de celles traitées au safran ont obtenu une rémission, contre 43 % avec le placebo.

Posologie recommandée : 15 mg/j puis 30 mg/j en moyenne, avec possibilité de monter jusqu’à 60 mg.

*Tabeshpour J. Phytomedecine 2017

La lavande : pour réduire le stress et l’anxiété

Dans une publication récente*, les chercheurs ont étudié l’effet anxiolytique de la fleur de lavande sur des femmes en périménopause. Un groupe recevait des capsules de 500 mg de lavande, l’autre des placebos. Une réduction significative de l’anxiété a été observée chez les femmes prenant les capsules de lavande.

L’avis du Dr Morel : la réduction du stress et de l’anxiété a également été démontrée avec l’huile essentielle de la plante.

Posologie : soit en tisane le soir (mélangée avec de la fleur d’oranger, du tilleul ou des pétales de coquelicot), soit en huile essentielle (une goutte sur les poignets, avant le coucher).

* Farshbaf-Khalili A. Complément Ther Clin Pract. 2018

La vigne rouge : anti-jambes lourdes

65 volontaires présentant une insuffisance veineuse chronique (IVC) de stade 1 et 2 ont pris 360 mg/j d’extrait aqueux sec de feuilles de vigne rouge pendant 42 jours*. A la fin de l’étude, 80 % des patients ont constaté une diminution significative sur les sensations de jambes lourdes, de picotements, de tensions ou de douleurs dans les membres inférieurs.

L’avis du Dr Morel : une seconde étude en 2011 a montré une réduction objective de l’œdème (environ 20 ml du volume des membres inférieurs).

Posologie recommandée : 800 mg/j d’extrait sec (ou une association avec du marron d’Inde et du fragon) pendant 3 semaines puis passer à 400 mg/j pendant l’été.

* Schaefer E. Arzneimittelforschung. 2003

femmeactuelle.fr